Rechercher
  • weasyn

"UNE SEULE TERRE" : JOURNÉE MONDIALE POUR L’ENVIRONNEMENT – 5 juin 2022

Pas un jour sans que l’actualité ne parle pas de notre impact sur l’environnement, que ce soit par notre alimentation, nos moyens de locomotion, nos habitudes de consommation ou de production, et pourtant la Journée Mondiale pour l’Environnement fixée au 5 juin reste cruciale pour rappeler à chacun, gouvernements, entreprises, sociétés civiles et particuliers, que les actions réalisées sont capitales et ne sont pas vaines lorsqu’elles sont faites pour protéger et restaurer notre planète.


SOMMAIRE

1. La Terre en mode urgence

2. Les origines de la Journée Mondiale de l'Environnement

3. Les causes défendues

4. Agir pour notre unique planète

5. Weasyn et vous



1. LA TERRE EN MODE URGENCE

Effets du changement climatique, pollution, accumulation des déchets, perte de biodiversité de la faune et de la flore sont autant d’éléments qui sonnent l’« alerte rouge ». Au niveau humain, des milliards de personnes sont dans le besoin par manque d’argent, de nourriture, d’abri, d’accès aux soins médicaux et à l’éducation. Les crises énergétiques et alimentaires se sont amplifiées suite à la pandémie de COVID-19 et la recrudescence des conflits à travers le monde, et notamment le conflit en Ukraine, nous rappellent durement à quel point l’interdépendance entre activités, choix politiques et habitudes de consommation joue dans la façon dont nous allons vivre, pas uniquement à moyen ou long terme, mais dès aujourd’hui.


A titre d’exemples :

  • Nous utilisons l'équivalent de 1,6 Terre pour maintenir notre mode de vie actuel, et les écosystèmes ne peuvent pas répondre à nos demandes.

  • Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C d'ici la fin du siècle, nous devons réduire de moitié les émissions annuelles de gaz à effet de serre d'ici 2030.

  • La crise climatique provoque des événements météorologiques extrêmes qui tuent ou déplacent des milliers de personnes et entraînent des pertes économiques se chiffrant en milliers de milliards.

  • L'écart entre ce que nous devons dépenser pour nous adapter et ce que nous dépensons réellement se creuse. Les coûts estimés de l'adaptation continuent d'augmenter et pourraient atteindre 280 à 500 milliards de dollars par an d'ici 2050 pour les seuls pays en développement.

  • Chaque année, nous perdons des services écosystémiques équivalant à plus de 10 % de la production économique mondiale.

  • La pollution atmosphérique entraîne près de 7 millions de décès prématurés chaque année, soit un décès sur neuf. 9 personnes sur 10 respirent un air pollué, ce qui en fait le risque environnemental le plus important de notre époque.

  • Entre 1950 et 2017, on estime que près de 9,2 milliards de tonnes de plastique ont été produites, dont 7 milliards sont devenues des déchets. Si le statu-quo demeure, la quantité annuelle de déchets plastiques déversés dans les écosystèmes aquatiques pourrait tripler pour passer de 9-14 millions de tonnes en 2016 à 23-37 millions de tonnes d’ici à 2040.

(sources : faits et chiffres de la campagne #UneSeuleTerre de la JME 2022)


Le coût de la protection du milieu naturel est beaucoup plus faible que le coût de sa reconstitution. La défense de la nature est rentable pour les nations. - Philippe St Marc -

2. LES ORIGINES DE LA JOURNÉE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT

La Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain, aussi appelée la Conférence de Stockholm, a eu lieu les 5-16 juin 1972 et a constitué un tournant dans le développement de la politique environnementale internationale, en organisant le premier sommet majeur sur les questions environnementales.

Dans la foulée en décembre de la même année, l’Assemblée générale des Nations Unies adopte la résolution A/RES/2997(XXVII) établissant le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), dont le siège se trouve à Nairobi, au Kenya, et décide de désigner le 5 juin comme Journée mondiale de l’environnement (JME), et incitant « les gouvernements et les organismes des Nations Unies à entreprendre chaque année ce jour-là des activités de caractère mondial réaffirmant l’intérêt qu’ils attachent à la protection et à l’amélioration de l’environnement en vue d’approfondir la prise de conscience des problèmes de l’environnement ».

En mai 2021, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution visant à réunir la communauté environnementale mondiale à Stockholm en Suède, avec le soutien du gouvernement du Kenya, pour une grande réunion internationale sur l'environnement les 2 et 3 juin 2022.

C’est donc 50 ans après la première Conférence sur l’environnement et l’humain de 1972 que prend donc place cet événement, sous l’appellation « Stockholm+50 : une planète saine pour la prospérité de toute et tous - notre responsabilité, notre chance ». Il devrait être l'occasion pour les dirigeants des 150 pays présents de s'appuyer sur 50 ans d'actions multilatérales en matière d'environnement pour prendre des mesures urgentes et nécessaires et que l’on espère audacieuses, et surtout tenues.

L'événement servira de tremplin pour accélérer la mise en œuvre de la Décennie d'action des Nations unies en vue de réaliser les objectifs de développement durable liés à la lutte contre la triple crise planétaire de la Terre, celles du climat, de la nature et de la pollution. Y compris le Programme de développement durable à l’horizon 2030, l'Accord de Paris sur les changements climatiques, le Cadre mondial de la biodiversité pour l'après-2020, et l'adoption de plans de relance écologiques à la suite de la Covid-19.


3. LES CAUSES DÉFENDUES

Accueillie tous les ans dans une ville différente, chaque édition porte une thématique phare qui met en évidence un ou plusieurs défis environnementaux.


Voici les thèmes et slogans des 10 dernières années :

2021 - « Restauration des écosystèmes, ensemble » - Pakistan

2020 - « C'est le temps de la nature » - Colombie

2019 – « Sensibilisation à la pollution de l'air » - Chine

2018 - « Combattons la pollution plastique! » - Inde

2017 - « Rapprocher les gens de la Nature » - Canada

2016 - « Tolérance zéro à l'égard du commerce illicite d’espèces sauvages » - Angola

2015 - « Sept milliards de rêve. Une seule planète, consommons avec modération » - Italie

2014 - « Élevez votre voix, pas le niveau de la mer » - Samoa

2013 - « Pensez-Mangez-Préservez » - Mongolie

2012 - « Économie verte : en faites-vous partie ? » - Brésil


4. AGIR POUR NOTRE UNIQUE PLANÈTE

Il n’y a qu’une seule Terre et assurer sa protection est une responsabilité mondiale et collective. Nous disposons des solutions, des connaissances et des technologies nécessaires pour limiter les changements climatiques et éviter l’effondrement écologique, mais il faut agir ensemble. Nous devons et nous pouvons repenser notre mode de vie et notre mode de consommation.


Gouvernements, villes et collectivités locales :

  • Montrer l’exemple en faisant en sorte que les activités courantes de tous les organismes publics soient neutres en carbone d’ici à 2030.

  • Adhérer, financer et mettre en place des politiques nationales afin de respecter l’Accord de Paris.

  • Arrêter progressivement le recours aux combustibles fossiles et leurs subventions, en capturant le gaz produit par les décharges et les déchets organiques, pour remplacer les combustibles fossiles par des biocarburants.

  • Investir dans des infrastructures d’énergie renouvelable, des initiatives de transports propres et économes en énergie, définir des codes de construction adaptés afin de promouvoir des alternatives durables.

  • Promouvoir et soutenir une agriculture intelligente face aux changements climatiques et durable.

  • Mettre un terme à la déforestation et inverser la tendance en restaurant la nature et la biodiversité comme moteur du développement durable dans les environnements urbains.

  • Veillez à ce que l’ensemble des fonds gouvernementaux ou de gouvernance locale, y compris les fonds de retraite, d’épargne et d’assurance, soient placés dans des portefeuilles qui soutiennent des initiatives durables et qui ne nuisent pas au climat, à la santé humaine ni à la nature.

  • Collectez, triez et traitez les déchets en toute sécurité afin de protéger les terres et les ressources en eau, tout en encourageant la réduction des déchets et le recyclage par les particuliers et les entreprises.

Secteur financier

  • Secteur des investissements : Fixer une date butoir pour la décarbonation des portefeuilles externes et investir dans les titres d’entreprises qui respectent des normes d’environnement, de société et de gouvernance strictes.

  • Secteur bancaire : Veiller à ce que les emprunteurs répondent à des normes d’environnement, de société et de gouvernance élevées et mettent en œuvre des plans d’activités verts pour améliorer la résilience de leurs opérations, en les accompagnant dans ces démarches.

  • Secteur des assurances : Faire des enjeux d’environnement, de société et de gouvernance, un élément clé dans le cadre de l’évaluation et de la gestion des risques, et aider les clients à évaluer, publier et gérer ces enjeux.

  • Financement du développement : Proposer des solutions de financement à long terme et à taux d’intérêt bas aux pays en développement afin qu’ils puissent renforcer les capacités, les services, les infrastructures et le capital humain nécessaires à la réalisation des objectifs de développement durable. Financer davantage de programmes qui intègrent des objectifs en matière de climat, de biodiversité et de réduction de la pollution afin d’offrir des moyens de subsistance durables. Mettre en place des programmes de soutien financier pour les startups et les entreprises qui développent des produits et services écologiques nouveaux et innovants.

Entreprises & industries :

  • Participer à Objectif zéro, une campagne mondiale visant à mobiliser le soutien des entreprises, des villes, des régions et des investisseurs en faveur d’une reprise saine, résiliente et sans carbone.

  • Définir des objectifs de réduction des émissions pour l’entreprise, chercher à améliorer toujours plus l’efficacité énergétique et l’empreinte carbone de ses opérations, produits et services, et publier les progrès en toute transparence.

  • Définir des objectifs ambitieux en matière de performance circulaire et de durabilité et partagez les actions prises pour les atteindre en toute transparence.

  • Soutenir des campagnes visant à changer le comportement des consommateurs à l’échelle mondiale : par exemple, agir en faveur de la durabilité en encourageant la fabrication de produits durables, reconditionnés et recyclés.

  • Transformer les politiques de mobilité de l'entreprise : électrifier les flottes de véhicules et encourager le covoiturage, le télétravail et les déplacements à pied ou à vélo.

  • Repenser les systèmes et produits alimentaires afin qu’ils aient une empreinte environnementale plus petite, et veiller à ce que leur apport en énergie et en nutriments soit issus de différentes catégories d’aliments à la valeur nutritive élevée.

  • Privilégier des systèmes agricoles et des pêcheries durables afin de préserver et de restaurer la productivité des terres et des océans, de prévenir la pollution et de protéger la biodiversité.

  • Réduire les emballages et utiliser uniquement des matériaux réutilisables ou recyclables.

Particuliers :

  • Faire des investissements financiers éthiques, socialement et écologiquement responsables.

  • Faire des économies d’énergie en utilisant des systèmes de chauffage et de climatisation peu énergivores et en ajustant le thermostat pour éviter de surchauffer.

  • Optimiser son utilisation du numérique (tri des mails, vidéos en plus basse qualité)

  • Dans l’alimentation : adopter une alimentation équilibrée et de saison, éviter le gaspillage alimentaire en achetant uniquement ce dont vous avez besoin. Faire pousser ses fruits et légumes permet d’éviter le transport et les emballages, et contribue également à améliorer votre bien-être.

  • Pour nos achats : réfléchir avant d’acheter, privilégier le naturel, la seconde main, le reconditionné, le recyclé, s’habiller responsable, dire non aux produits jetables.

  • Pour les déplacements : privilégier les destinations plus proches de chez soi, opter pour des moyens de transport propres.

#UneSeuleTerre appelle à une action collective et transformatrice à l'échelle mondiale pour célébrer, protéger et restaurer notre planète. La bonne nouvelle est que les solutions et les technologies existent et sont assez larges et nombreuses pour être abordables et concrétisables à l’échelle de chacun. En optimisant la collaboration et en créant une valeur mutuelle, la Journée mondiale de l’environnement 2022 peut créer des coalitions puissantes et diverses qui transcendent les barrières régionales, démographiques et générationnelles.


5. WEASYN ET VOUS

Weasyn, avec l'application Weasyn My Kitchen, porte cette mission de permettre à chacun de faire un geste quotidien de façon simple, pour contribuer ensemble à développer des habitudes de consommation plus responsables, tout en préservant les ressources.

Grâce à cet accompagnement au quotidien, ce sont :

- 40 tonnes de déchets alimentaires évités,

- 80 000 repas préservés.


Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements. - Charles Darwin -

#UneSeuleTerre #JournéeMondialeDelEnvironnement


Pour plus d'informations :

worldenvironmentday.global/fr , https://www.un.org/fr/ , unep.org


Crédits photos :

jcomp pour fr.freepik.com - ArtPhoto_studio pour fr.freepik.com - prostooleh pour fr.freepik.com - UN org - Yutaka Nagata

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout